Ensemble à Vélo dans l'Agglomération Dijonnaise
Ensemble à Vélo dans l’Agglomération Dijonnaise
L’ASSOCIATION DES CYCLISTES URBAINS DU GRAND DIJON - Membre de la FUB
Fédération française des Usagers de la Bicyclette

Accueil > Le courrier des lecteurs > Encore une histoire de piste qui finit mal !

Courriel du 29 septembre 2012 - « Sur le trottoir au bas de la rue Monge... »

Encore une histoire de piste qui finit mal !

De Mme A. L. de Dijon

lundi 15 octobre 2012

Par son courriel du 25 septembre 2012, une cycliste informe EVAD qu’elle a été « sermonnée par des policiers » pour avoir roulé sur le trottoir rue Monge en venant de la piste cyclable qui passe sous le pont de chemin de fer à l’entrée de cette rue en direction du centre ville...

Ce « sermon » était-il légitime ?


« 

Ce mardi 25 septembre matin, des policiers m’ont sermonnée parce que je roulais à vélo sur le trottoir au bas de la rue Monge (sens entrée de ville). La piste cyclable est sur le trottoir mais elle s’interrompt quelques mètres après le pont de chemin de fer. Donc j’ai roulé sur le trottoir (4 ou 5 mètres) pour reprendre la route. Apparemment, il aurait fallu que je mette pied à terre !

Il y a de multiples interruptions des pistes cyclables à Dijon pour quelques mètres. Je pensais béatement pouvoir rester sur mon vélo en roulant à allure raisonnable. Mais là encore nous n’avons pas la même appréciation d’une allure raisonnable et je roulais trop vite (au moins à 5 km/h vu que je venais de croiser de multiples piétons marchant sur la piste cyclable !).

M. André Gervais, rencontré récemment (à vélo bien sûr !) boulevard Clémenceau, me faisait remarquer qu’à Dijon, on n’arrêtait pas de “s’engueuler” et que tout réglementer n’était pas la solution. Je suis bien d’accord avec lui mais en attendant...

 »


EVAD répond

Vous relevez ici une situation qui malheureusement peut se rencontrer à maintes reprises le long de la ligne T1 et ici le long de la T2 : une interruption « brutale » de piste cyclable, que cela résulte de l’aménagement lui-même ou de sa non-finition ! Et ici on trouve les deux cas !

Plus précisément, en venant de la piste au niveau du trottoir rue de l’Hôpital, on rencontre (voir photo ci-dessous) une première interruption au niveau des feux, la piste reprend quelques mètres plus loin sous le pont. Les cyclistes sont donc censés ici mettre pied à terre !

Et puis, quelques mètres plus loin après le pont, le marquage est interrompu sans panneau « fin de piste cyclable » (C’était-il le cas lors du « sermon » ?). Ici, il s’agit manifestement d’un marquage non terminé, puisqu’on remarque un « pré-marquage » au sol qui indique que la piste devrait conduire les cyclistes jusqu’à la chaussée de la rue Monge au niveau de l’abaissement de trottoir (voir la flèche verte sur la photo ci-dessous)

En l’absence du panneau « fin de piste cyclable » ou simplement compte-tenu de l’état inachevé de l’aménagement, les policiers auraient pu remplacer le sermon par quelques explications...

Par ailleurs, même une fois terminé, cet aménagement ne fonctionnera pas sans générer des conflits d’usage. En effet, il semble que le cheminement « naturel » des piétons longe le mur sous le pont (voir les photos ci-dessous).



Serait-il envisageable de mettre la piste le long du trottoir sous le pont ? Non, il a un arrêt de bus et les bus articulés occupent toute la longueur du trottoir : il ne serait pas judicieux que les cyclistes croisent les passagers qui descendent à cet arrêt !

Cette situation inextricable résulte du choix qui a été fait majoritairement le long du tram à savoir mettre les cyclistes sur les trottoirs, choix dont nous avions à l’époque souligné les nombreux inconvénients (voir notre contribution au projet de tramway).

Enfin, en ce qui concerne l’interruption de la piste avant le pont (configuration, rappelons-le, fréquente le long du tram), on peut la qualifier de « signalisation parapluie ». En effet, les aménageurs savent pertinemment que 99,99% des cyclistes ne la respecteront pas mais... le jour où il y aura un incident entre un cycliste qui n’aura pas mis pied à terre et un piéton, ils ouvriront le parapluie : « Nous n’y sommes pour rien le cycliste n’a pas respecté la signalisation ! ».

Comme l’affirme l’élu que vous citez, il ne faut certes pas « tout réglementer », mais encore faut-il que ce qui l’est, le soit correctement, et encore faut-il ne pas créer des aménagements qui, par nature, sont source de conflits entre usagers !

P.-S.

Les photos ont été prises le 27/09/2012.



Contact | | Plan du site | Mentions légales | RSS 2.0 | Haut de page | SPIP 3.0 | Squelette scolaSPIP
Ensemble à Vélo dans l’Agglomération Dijonnaise (FUB)
Directeur de publication : le président d'EVAD