Ensemble à Vélo dans l'Agglomération Dijonnaise
Ensemble à Vélo dans l’Agglomération Dijonnaise
L’ASSOCIATION DES CYCLISTES URBAINS DU GRAND DIJON - Membre de la FUB
Fédération française des Usagers de la Bicyclette

Accueil > Le courrier des lecteurs > « Synchroniser les feux pour les vélos ? »

Courriel du 20 octobre 2012

« Synchroniser les feux pour les vélos ? »

Mme M. H. de Dijon

dimanche 4 novembre 2012

Du centre ville à l’université, une cycliste dijonnaise constate qu’elle passe plus de temps à attendre aux feux qu’à pédaler...


« 

[...] je parcours chaque jour le trajet centre ville - université. J’ai estimé le temps passé à attendre aux feux (puisqu’il n’y a guère de piste sur cette ligne) : quasiment aussi long que celui durant lequel je pédale. Est-ce qu’il pourrait être prévu de régler les feux sur la vitesse des vélos et non des voitures comme c’est le cas je crois dans certaines autres villes ? Merci pour votre action.
Cordialement

 »


EVAD répond

Cette constatation confirme, si besoin était, que les feux ont été installés dans les villes au seul bénéfice de la circulation automobile. La prolifération des carrefours gérés par des feux tricolores et des sens uniqiues a commencé dans les années 70, époque où le vélo avait quasiment disparu de nos rues.

« Dans une ville comme Paris où les 3/4 des rues sont en sens unique, on peut considérer que les parcours des cyclistes sont allongés d’environ 20 %. Enfin, la fréquence des carrefours à feux impose aux cyclistes d’incessants redémarrages. À Paris toujours, où les carrefours à feux se succèdent en moyenne tous les 150 m, les cyclistes buttent contre un feu rouge tous les 300 m, soit une dizaine de redémarrages pour un parcours de 3 km. On comprend dans ces conditions que les cyclistes aient tant de mal à respecter un code de la route et des conditions de circulation qui ne sont manifestement pas faits pour eux » (Vélo et politique globale de déplacements durables, Frédéric Héran, 2012, page 27)

Comment réduire les effets pénalisants des carrefours à feux sur les déplacements à vélo ?

- Par des « ondes vertes » pour les vélos ? Oui, cela existe, du moins à l’étranger (par exemple à Copenhague). Mais en tout état de cause, cela ne peut s’envisager, comme cela est le cas pour les voitures, que sur de grands axes. On peut aussi imaginer cela sur des « réseaux express vélo » (exemples : Danemark, Toulouse Strasbourg, etc...). Malheureusement, notre agglomération n’en est pas encore à ce stade, c’est pourquoi nous avons abordé cette question en termes de « voies cyclables rapides » dans notre contribution au PDU). Plus réalistes sont les mesures suivantes...

- Avec des sas accompagnés de couloirs d’accès. Cela permet aux cyclistes de démarrer en sécurité, en évitant notamment les risques liés aux angles morts des véhicules lourds. Nous demandons l’installation systématique de ces sas, ainsi que la verbalisation en cas de non respect.

- Avec des panneaux « tourne à droite »(ou « aller tout droit »). Bien que cela soit possible depuis janvier 2012, aucune commune de l’agglomération n’a encore utilisé cette possibilité ! Elle apporte pourtant confort et sécurité aux cyclistes ! Nous maintenons la pression, voir ici et ...

- Par la suppression de carrefours à feux ! C’est la solution la plus simple ! Nous demandons par exemple la suppression des feux dans les zones 30. Cela commence à être entendu : il n’y a plus de feux à l’intersection des rues Condorcet et Monge, des rues Chaudronnerie et Auguste Comte, mais il en reste beaucoup d’autres qui auraient vocation à disparaître...

Cela progresse indéniablement, mais il faudra encore un peu de temps pour que tous les usagers de la rue, et non plus seulement l’écoulement du trafic automobile, soient correctement pris en compte ! Notre association s’active pour cela !

P.-S.

Pour commenter cet article, rejoignez la page EVAD sur...


Contact | | Plan du site | Mentions légales | RSS 2.0 | Haut de page | SPIP 3.0 | Squelette scolaSPIP
Ensemble à Vélo dans l’Agglomération Dijonnaise (FUB)
Directeur de publication : le président d'EVAD