Ensemble à Vélo dans l'Agglomération Dijonnaise
Ensemble à Vélo dans l’Agglomération Dijonnaise
L’ASSOCIATION DES CYCLISTES URBAINS DU GRAND DIJON - Membre de la FUB
Fédération française des Usagers de la Bicyclette

Accueil > EVAD et les institutions > EVAD et Dijon Métropole > Sensibilisons largement au partage de la rue !

Les usages de la rue changent, de nouveaux conflits apparaissent...

Sensibilisons largement au partage de la rue !

Pour une grande campagne d’information destinée à tous les usagers

lundi 28 janvier 2013

Les conflits entre automobiles, cyclistes, piétons qui apparaissent, ou reparaissent, à Dijon comme ailleurs, montrent que la ville change. A la condition qu’ils soient « gérés » correctement, il faut voir en eux un signe plutôt positif...

Il y a quelques lustres, dans les villes, la voiture ayant occupé tout le terrain, les cyclistes avaient disparus de la circulation, les piétons devaient « raser les murs », étaient souvent relégués derrières des barrières ou encore devaient traverser les boulevards par des passages souterrains, tout cela pour... ne pas gêner le trafic automobile.

Depuis quelques années les villes changent : la voiture n’y a plus l’exclusivité et les autres modes de déplacement regagnent du terrain ! Il en résulte l’apparition de nouveaux conflits entre automobilistes, cyclistes et piétons...

C’est ce que l’on constate à Dijon particulièrement avec l’arrivée du tramway. Il faut « gérer » ces conflits. Et cela ne peut se faire en stigmatisant telle ou telle catégorie d’usagers, comme on a pu le constater récemment à Dijon, il faut plutôt privilégier une approche globale, systémique !
Nous étions déjà intervenus en ce sens par un communiqué de presse, nous avons estimé qu’il était nécessaire aussi de le faire de façon plus formelle, d’où ce courrier...



Monsieur le Sénateur-Maire et Président du Grand Dijon

Dijon, le 24 décembre 2012

Objet : Campagne d’information et de pédagogie au « code de la rue »

Monsieur le Sénateur-Maire,

Depuis une dizaine d’années les habitants du Grand Dijon peuvent constater de profondes modifications de la circulation dans leur agglomération avec une part de plus en plus importante des déplacements alternatifs à la voiture individuelle, transport en commun, modes actifs et doux en particulier.

L’association EVAD se réjouit de cette évolution indispensable qui contribue à rendre notre cité plus agréable à vivre, souhaite l’amplification de l’effort entrepris et se félicite de l’objectif fixé par le nouveau PDU qui vise à faire passer la part modale du vélo de 3% actuellement à 10% en 2020.

Bien que positifs, ces changements nécessitent un partage de la voirie entre tous les usagers et de habitudes à modifier qui ne sont pas toujours très bien comprises et admises, tant la voiture avait pris une place prépondérante dans les déplacements urbains.

Les automobilistes habitués pendant plus de quarante ans à disposer de la quasi-totalité de la voirie se rendent compte, d’abord avec la création de voies réservées aux bus et aux vélos, puis la mise en place du tramway et l’extension des aires piétonnes que la période où « la ville devait s’adapter à la voiture » est terminée et qu’une nouvelle ère commence.

Au cours de la dernière décennie plusieurs modifications importantes ont été apportées au code de la route. Elles concernent principalement des règles de circulation en milieu urbain d’où l’appellation parfois donnée de « code de la rue ». Citons entre autres :
le « principe de prudence », instauré en 2008 et venant renforcer la loi Badinter [1] de 1985,
la zone de rencontre,
la redéfinition des aménagements aire piétonne et zone 30,
la généralisation des double-sens cyclables en zone 30 et de rencontre,
le « tourne à droite » au feu pour les cyclistes.

Toutes ces modifications législatives ou réglementaires constituent un progrès avéré en termes de sécurité routière et de partage de la voirie. Mais nous constatons que la très grande majorité des usagers de la voirie, toutes catégories confondues (et pas seulement les automobilistes), connaissent mal ces récentes modifications, voire les ignorent totalement, ou plus grave, ne veulent pas en tenir compte quand ils pensent pouvoir bénéficier d’une certaine impunité.

Actuellement, il est fait grand cas des incivilités des cyclistes, que nous n’excusons pas, avec menace de sanctions, nous constatons que celles des automobilistes pourtant plus nombreuses et plus accidentogènes sont largement passées sous silence.

Stationnement ou arrêt sur les bandes cyclables ou les trottoirs, non-respect des sas de sécurité lors des arrêts aux feux, vitesses inadaptées aux conditions de circulation, dépassement sans respect de la distance de sécurité imposée par le code de la route, feux rouges « grillés » - il n’y a pas que les cyclistes, les nouveaux radars en sont témoin - sont des fautes dont certaines bénéficient d’une impunité quasi-totale. Tous les cyclistes peuvent le constater d’où leur amertume et leur colère, surtout quand ils sont les seuls à être stigmatisés.

Il nous semble aussi que dans les zones 30 de l’agglomération des relevés de vitesse devraient être effectués afin d’établir un état des lieux et envisager les remédiations possibles.

EVAD souhaiterait que le Grand Dijon et la Ville de Dijon effectuent une campagne de communication pour informer sur le bien-fondé de ce « code de la rue » et y sensibiliser l’ensemble des usagers. Cette campagne, par son ampleur, sa durée, sa forme, pourrait être analogue à celle qui a été lancée sur le thème de la sécurité à l’occasion de la mise en service du tramway.

Pour être pleinement efficace la préparation de cette campagne nécessiterait la collaboration étroite des élus, des services, des polices nationale et municipales et de tous les usagers de la rue.

Bien sûr nous sommes conscients qu’il serait de la responsabilité de l’Etat de lancer une telle campagne au niveau national. Nous sommes intervenus en ce sens auprès de M. le député Laurent Grandguillaume, membre du Club des parlementaires pour le vélo. Mais sans attendre cette campagne nationale, Dijon pourrait initier cette action et devenir une ville pilote exemplaire en matière de sécurité routière.

C’est pourquoi notre association espère une réponse favorable à notre demande afin de réduire les accidents, de rendre nos rues plus conviviales grâce à un partage de la voirie bien compris et accepté par la population.

Veuillez, Monsieur le Sénateur-Maire, agréer nos sentiments les meilleurs et croire en notre sincère désir de voir Dijon et son agglomération devenir toujours plus douces à vivre.

Christian Germain (président), Jean-Louis Seuzaret (secrétaire)

Copie à M Laurent Granguillaume, député, membre du Club des parlementaires pour le vélo.


Réponses...

- M. le député Laurent Grandguillaume (courrier du 08/01/2013) :

« [...] Par la présente, je tiens à vous informer que je n’ai pas manqué d’attírer l’attention de Monsieur François REBSAMEN, Sénateur-Maire de Dijon et Président du Grand-Dijon, concemant votre demande de mise en place d’une campagne d’information et de pédagogie sur la sécurité routière. [...] »

P.-S.

Pour commenter cet article, rejoignez la page EVAD sur...


Notes

[1Piétons et cyclistes sont indemnisés à 100 % des dommages corporels consécutifs à un accident de la circulation, sauf faute inexcusable ou volontaire de leur part qui aurait été l’unique cause de l’accident, plus d’information...

Contact | | Plan du site | Mentions légales | RSS 2.0 | Haut de page | SPIP 3.0 | Squelette scolaSPIP
Ensemble à Vélo dans l’Agglomération Dijonnaise (FUB)
Directeur de publication : le président d'EVAD