Ensemble à Vélo dans l'Agglomération Dijonnaise
Ensemble à Vélo dans l’Agglomération Dijonnaise
L’ASSOCIATION DES CYCLISTES URBAINS DU GRAND DIJON - Membre de la FUB
Fédération française des Usagers de la Bicyclette

Accueil > Dossiers > Aménagements de voirie > Pistes le long du tram : une fâcheuse erreur de conception !

Enfin une explication des multiples interruptions

Pistes le long du tram : une fâcheuse erreur de conception !

lundi 9 juin 2014

Chacun a pu le constater, il y a des « bizarreries » dans les aménagements cyclables le long du tramway : interruptions de pistes sur quelques dizaines de mètres (par exemple place de la République devant l’école du Nord) et parfois sur quelques mètres seulement (comme au niveau du pont de la rue Monge), ou encore des espaces où les cyclistes cherchent avec peine à tracer leur chemin (place Darcy par exemple : comment aller du boulevard de Brosse à l’avenue Foch, sans mettre pieds à terre et sans commettre d’infraction ? ).

Des bizarreries découvertes après coup
En l’absence de concertation préalable, nous n’avons jamais vu de plan détaillé des projets aménagements, nous avons seulement eu connaissance de plans d’ensemble à l’occasion de l’enquête publique (voir notre contribution). Ces bizarreries ne nous sont donc apparues qu’après la mise en service des deux lignes de tramway (fin 2012). Nous avons alors soulevé ces problèmes dans nos deux rapports d’« audit » (ligne T1 et ligne T2) et naturellement, nous avons demandé des explications !

Des réponses diverses, floues...
Pour les services du Grand Dijon, les interruptions du marquage des pistes au niveau du trottoir correspondent à des zones de conflits potentiels avec les piétons, elles n’obligent pas le cycliste à descendre de vélo mais doivent seulement l’inciter à faire preuve de prudence. Les services techniques de l’Etat (Cerema, Certu à l’époque) nous affirment que la fin du marquage, avec ou sans le panneau « fin de piste », obligent les cyclistes à mettre pied à terre car ils se retrouvent de fait sur un trottoir ! Quant à la police municipale, elle reconnaît qu’il s’agit d’une signalisation difficile à faire respecter et qu’elle ne verbalisera qu’en cas de comportement dangereux du cycliste ! Concernant la place Darcy, les services du Grand Dijon ont reconnu le problème et ont dit qu’ils y réfléchiraient, c’était en novembre 2012 !

Enfin l’explication : de l’erreur de conception à... la signalisation « parapluie » !
Avouons humblement que que nous avions du mal à comprendre tout cela. Finalement cela s’est éclairci, un peu par hasard, à la lecture d’un document dont nous avions demandé communication à propose des barrières (voir L@ Bullette n°62, page 2, rubrique « En bref » ). Dans ce document [1], nous avons appris que le bureau d’étude chargé de la conception des aménagements cyclables avait fait une erreur clairement relevée par l’organisme de certification de la sécurité du tramway (voir l’extrait ci-dessous surligné par nos soins). Quelle est cette erreur ? Chaque fois qu’une piste au niveau du trottoir ne pouvait être prolongée (par exemple du fait d’une largeur insuffisante) ce bureau d’étude avait imaginé pouvoir assurer la continuité cyclable grâce à un trottoir mixte piéton-vélo, or ce type d’espace n’a aucune assise réglementaire comme le confirme la jurisprudence du Tribunal administratif de Strasbourg.

PDF - 747.5 ko

Naturellement, il était trop tard pour refaire toute la conception des aménagements, donc Le Grand Dijon, maître d’ouvrage, a ouvert le « parapluie »  : puisque les trottoirs mixtes piéton-vélo ne peuvent exister, transformons les en trottoir en interrompant le marquage de la piste cyclable avec ou sans le panneau « fin de piste » ! Il s’agit là d’une signalisation « parapluie » dans le sens où l’aménageur’ sait pertinemment qu’elle ne sera pas respectée mais, en cas d’accident entre un piéton et un vélo, l’aménageur ne pourra être mis en cause !

Inutile de dire que nous aurions apprécié un peu plus de transparence de la part et des services et des élus du Grand Dijon, tous se sont bien gardés de nous informer de ce « détail » ! Nous allons cependant continuer à intervenir pour que les cyclistes ne fassent pas les frais de cette erreur.

- Vu dans la presse (Le Bien Publicdu 25 juin 2014) :


Notes

[1Il peut être consulté dans son intégralité à notre bureau lors de nos permanences

Contact | | Plan du site | Mentions légales | RSS 2.0 | Haut de page | SPIP 3.0 | Squelette scolaSPIP
Ensemble à Vélo dans l’Agglomération Dijonnaise (FUB)
Directeur de publication : le président d'EVAD