Ensemble à Vélo dans l'Agglomération Dijonnaise
Ensemble à Vélo dans l’Agglomération Dijonnaise
L’ASSOCIATION DES CYCLISTES URBAINS DU GRAND DIJON - Membre de la FUB
Fédération française des Usagers de la Bicyclette

Accueil > Dossiers > Aménagements de voirie > Zones de rencontre dans le Grand Dijon : 4 exemples, 3 ratés (...)

À Chevigny-Saint-Sauveur, Daix, Saint-Apollinaire et Quetigny

Zones de rencontre dans le Grand Dijon : 4 exemples, 3 ratés !

lundi 21 décembre 2015

Dans l’agglomération — mais pas encore à Dijon —, on peut trouver quelques zones de rencontre. Ce principe d’aménagement peut être très efficace, malheureusement, par incompréhension ou frilosité, il est souvent très mal mis en oeuvre, donc incompréhensible par les usagers et, in fine, non respecté et sans réel effet sur l’apaisement de la vitesse...

Vous avez dit « zone de rencontre » ?

  • le concept  : beaucoup plus ancien chez certains de nos voisins européens, cet aménagement n’est apparu en France qu’en 2008 dans le cadre de la démarche dite du « code de la rue ». Intermédiaire entre l’aire piétonne et la zone 30, « la zone de rencontre correspond à des espaces publics où l’on souhaite favoriser les activités urbaines et la mixité des usages sans pour autant s’affranchir du trafic motorisé : rues résidentielles, quartiers historiques, places, sorties d’écoles, rues commerçantes etc. » [1]
  • ce que dit le code de la route  : « [...] zone affectée à la circulation de tous les usagers. Dans cette zone, les piétons sont autorisés à circuler sur la chaussée sans y stationner et bénéficient de la priorité sur les véhicules. La vitesse des véhicules y est limitée à 20 km/ h. Toutes les chaussées sont à double sens pour les cyclistes, sauf dispositions différentes prises par l’autorité investie du pouvoir de police. Les entrées et sorties de cette zone sont annoncées par une signalisation et l’ensemble de la zone est aménagé de façon cohérente avec la limitation de vitesse applicable » (Article R110-2)

4 exemples de zone de rencontre, pas que des réussites !

Chevigny-Saint-Sauveur

  • Chevigny-Saint-Sauveur : zone de rencontre, rue Sacha Distel (vers la salle L’Ogive) Comme le montre clairement la photo, l’aménagement — ou plutôt le non-aménagement ! — n’est absolument pas cohérent avec la limitation de vitesse : un automobiliste peut rouler — donc roulera — à 50 km/h sans que cela lui paraisse incongru compte tenu de l’environnement : pas de piétons (sauf les soirs de spectacle [2]), des trottoirs et une chaussée plus que confortables...

>>> retour aux onglets exemples

Saint-Apollinaire

  • Saint-Apollinaire : zone de rencontre, rue du 11 Septembre 1944, rue Gauthier... Autour de l’église dans le vieux village, des rues étroites, pas de trottoir surélevé, un trafic motorisé faible, les conditions semblaient réunies pour instaurer une zone de rencontre et permettre ainsi de développer la vie locale (présence de piétons, d’enfants à pieds, à rollers, à trottinette, à vélo...), malheureusement, tout cela a un goût d’inachevé et d’incohérence ! En effet, la commune, malgré nos demandes insistantes (notre courrier du 15 octobre 2011), a maintenu son refus du double-sens cyclable, alors que « le double-sens cyclable concourt à la cohérence de l’aménagement en zone de rencontre ». Le message ainsi envoyé aux automobilistes est donc totalement contradictoire puisqu’on leur dit : « vous pouvez voir arriver face à vous un enfant à trottinette et devez donc être prudents, mais… n’ayez crainte vous n’aurez pas à croiser de vélos ! ».

>>> retour aux onglets exemples

Daix

  • Daix : zone de rencontre, rue de Hauteville et un court tronçon de la rue de Dijon On retrouve la même configuration qu’à Saint-Apollinaire, rue étroite du vieux village, pas de trottoir surélevé, un aménagement plutôt cohérent avec l’apaisement recherché de la vitesse mais...
PNG - 834.3 ko

... même lacune qu’à Saint-Apollinaire, tout aussi incompréhensible et incohérente, pas de double sens cyclable [3] ! Bien sûr, cela impose aux cyclistes —qui seraient particulièrement vertueux— un détour difficilement supportable : en rouge le trajet, direct mais interdit, en direction de la mairie, en vert le seul trajet possible, ce trajet impose de plus un dénivelé non négligeable ; en pointillé, un « raccourci » possible si on roule à VTT !

Par ailleurs, on peut constater un abus de panneaux « vitesse limitée à 20km/h », non seulement ils sont redondants mais en plus ils troublent la bonne compréhension de la zone de rencontre : en effet son aspect principal n’est pas cette limitation de vitesse, mais la priorité due aux piétons !

>>> retour aux onglets exemples

Quetigny

  • Quetigny  : zone de rencontre, rue des Marronniers, à proximité de la mairie et de l’église.

Petite rue, plutôt sinueuse, résidentielle, présence d’un centre de loisirs, ambiance « village », pas de trottoirs surélevés par rapport à la chaussée, ni même d’espace visuellement différencié : tout cela contribue à créer un contexte tout à fait adapté pour une zone de rencontre « efficace ».
D’autant plus que l’aménagement intègre un double-sens cyclable, la cohérence d’ensemble est ainsi assurée.

Cette zone de rencontre apparaît donc comme plutôt satisfaisante, on peut cependant émettre l’idée que mettre la rue à double-sens pour tous les véhicules aurait peut-être renforcé encore plus l’apaisement de la vitesse...

>>> retour aux onglets exemples


Pour approfondir...


Notes

[2mais une zone de rencontre ne peut pas être instaurée de façon temporaire, comme peut l’être une aire piétonne.

[3contrairement, à ce qui avait été annoncé (voir cet interview) et à l’article 3 de l’arrêté municipal instaurant la zone de rencontre !

Contact | | Plan du site | Mentions légales | RSS 2.0 | Haut de page | SPIP 3.0 | Squelette scolaSPIP
Ensemble à Vélo dans l’Agglomération Dijonnaise (FUB)
Directeur de publication : le président d'EVAD