Un indéniable succès national et local !

Premier bilan du Baromètre 2019 : participation, points noirs, tronçons...

(actualisé le )

L’enquête du Baromètre des villes cyclables édition 2019 s’est terminée le 30 novembre dernier. Quelle a été la participation, au niveau national et dans la métropole dijonnaise ? En attendant la publication, début février 2020, des résultats détaillés, quels enseignements peut-on déjà tirer des données cartographiques (« points noirs » et « tronçons à aménager ») ?

PARTICIPATION

La participation

  • au niveau national : avec plus de 180 000 réponses (+63% par rapport à l’édition 2017), elle constitue désormais la plus importante enquête jamais réalisée, dans le monde, auprès des usagers cyclistes, elle dépasse en effet l’enquête allemande Fahrradklima-Test du Fahrrad-Club allemand. C’est cette enquête allemande qui avait servi de modèle pour créer en 2017 la version française.
    Cet indéniable succès au nouveau national, traduit une forte attente des citoyens pour cette solution de mobilité du quotidien et renforce la reconnaissance du vélo comme mode de déplacement à part entière.
  • dans la métropole dijonnaise : grâce notamment à la mobilisation de notre association (nombreux « tractages ») et de ses relais associatifs à Chenôve (La Boîte à vélos), Chevigny-Saint-Sauveur (Chevigny-Environnement) et Quetigny (Quetigny-Environnement), ce sont plus de 1443 réponses (+15% par rapport à 2017) qui ont été recueillies dont 1161 pour Dijon [1]. Les communes de Chenôve (55 réponses), Chevigny - Saint-Sauveur (90) et Quetigny (65), ayant, pour la première fois cette année, obtenu chacune plus de 50 réponses de cyclistes, vont pouvoir figurer dans le classement final (publié début février 2020).
Mention spéciale
Chez nos voisins très proches, saluons la participation à Varois et Chaignot, cette commune, hors métropole, de 1931 habitants, a recueilli 72 réponses ! Il n’y a pas de mystère : c’est le résultat de la forte mobilisation d’un groupe de citoyens, le Collectif pour la Voie Verte de l’Est Dijonnais (COVVED, voir aussi cet article, à accès restreint ; dans Le Bien public) qui s’active depuis l’été dernier pour la création d’une liaison cyclable entre Dijon et Arc-sur-Tille. Le vélo, c’est aussi une solution en zone péri-urbaine !

POINTS NOIRS

Les points noirs signalés dans la métropole dijonnaise

Pour cette édition 2019, l’enquête offrait aux cyclistes la possibilité de géolocaliser 3 points noirs : plus de mille ont été signalés ! Voir l’image ci-dessous ou consulter confortablement la carte en ligne )

Attention, ce n’est bien sûr pas un inventaire exhaustif ! Les cyclistes ont sans doute privilégié le signalement des points noirs qu’ils ont du mal à contourner sur leur itinéraire. Les autres, que les cyclistes fréquentent peu, et pour cause, sont sous-représentés.
Quoi qu’il en soit, on ne peut malheureusement que constater la persistence des points noirs qui, lors de l’éditions 2017 (résultats), avait déjà été signalés en réponse à une question « ouverte ». Ainsi en 2019, on retrouve sur la carte : les grands boulevards, les grandes places (30 Octobre, Wilson, Darcy, République). On remarquera aussi que beaucoup de points noirs sont concentrés là où les aménagements ne sont pas très vieux, notamment ceux liés au tramway.

TRONÇONS

Les tronçons à aménager dans la métropole dijonnaise

En plus des points noirs, les cyclistes avaient aussi la possibilité de signaler 3 tronçons qu’ils estimaient devoir être aménagés en priorité. Sur la carte, plus un tronçon est lumineux plus il a été signalé !

Attention, certains grands axes étaient constitués de plusieurs tronçons, et comme il n’y avait que 3 réponses possibles, il est probable que les cyclsiets ont choisi un seul des tronçons meme s’isl estimaient que l’axe dvait être aménagé en totalité, se réservant ainsi la possibilité de signaler un tronçon sur autre axe.
Quoi qu’il en soit, on ne peut que relever la coherence et le bien fondé de ces signalements : on peut en effet quasiment superposer cette carte avec celle du réseau cyclable tel qu’il était prévu par le schéma directeur de 2004 !
Parmi les grands gagnants, on retrouve sans surprise : la rue de Mirande, le boulevard Carnot, la rue de l’Arquebuse, l’avenue Victor Hugo...
Les liaisons intercommunales n’ont pas été oubliées : Quetitgny -Chevigny via le boulevard Yann Pallach, Dijon-Arc-sur-Tille...

COMMENTAIRES

Les commentaires des cyclistes

Les cyclistes dijonnais se sont aussi largement exprimés en répondant à la question ouverte « Avez-vous des commentaires à ajouter sur la situation de l’usage du vélo dans votre ville ? »
Des centaines et des centaines de réponses qu’il faudra dépouiller attentivement :

DANS LA PRESSE

Dans la presse locale

Voir en ligne : www.parlons-velo.fr

Notes

[1En 2017, le Baromètre avait bénéficié d’une large communication portée à la fois par la Ville et la Métropole, cela n’a pas été le cas cette année (souci de neutralité à l’approche des élections municipales ?) mais, malgré cela, la participation à Dijon s’est, à une réponse près, maintenue au niveau de 2017 !

Mots-clés

Partager cette page