Ensemble à Vélo dans l'Agglomération Dijonnaise
Ensemble à Vélo dans l’Agglomération Dijonnaise
L’ASSOCIATION DES CYCLISTES URBAINS DU GRAND DIJON - Membre de la FUB
Fédération française des Usagers de la Bicyclette

Accueil > EVAD et les institutions > Non à l’obligation du port du casque pour les cyclistes !

Le retour d’une fausse bonne idée

Non à l’obligation du port du casque pour les cyclistes !

EVAD interpelle les députés de Côte d’Or

vendredi 19 octobre 2007

Les cyclistes ne sont pas plus souvent blessés au crâne dans les accidents de la circulation (hors pratique sportive et tout-terrain) que les piétons ou les automobilistes !

EVAD a envoyé aux cinq député-e-s de Côte d’Or le courrier ci-dessous et a demandé une entrevue.

EVAD a organisé une cyclaction à ce sujet le 8 novembre.

La réunion du Conseil Interministériel Sécurité Routière (CISR) qui devait, sur proposition de la Sécurité Routière, mettre à l’ordre du jour un projet de casque obligatoire pour les jeunes cyclistes et qui était fixée au 16 octobre 2007 a été repoussée en novembre puis en février 2008. [03/01/08]

Courrier aux députés

Le 18 octobre 2007

Objet : port du casque pour les cyclistes urbains

Monsieur le Député,

Notre fédération nationale, la FUBicy (fédération française des usagers de la bicyclette), nous informe que la Sécurité Routière projette de demander au législateur de rendre le port du casque obligatoire pour les cyclistes, en limitant dans un premier temps la tranche d’âge concernée.
Nous tenons à réagir au projet de la Sécurité Routière en vous alertant sur le caractère inopportun et contre-productif d’une éventuelle loi qui interdirait de se déplacer à vélo sans casque, et nous vous demandons de vous y opposer.

Le Ministère des Transports, interrogé sur ce sujet à onze reprises au cours de la mandature précédente, aussi bien par des députés de la majorité que de l’opposition, avait toujours répondu que l’obligation du port du casque à vélo avait conduit à des échecs dans d’autres pays (Australie, Nouvelle-Zélande, certains états des USA, et Espagne). Dans son rapport parlementaire de 2004 « Pour une politique cyclable en France », Madame B. Le Brethon, députée du Calvados, estime que la généralisation du port du casque n’est pas pertinente. A.Jung, député du Bas-Rhin, avait également exprimé ce point de vue dans son rapport en 2001. Les Amicales Cyclistes de l’Assemblée et du Sénat sont opposées à toute obligation de port du casque en-dehors des compétitions sportives. La FUBicy a mis en ligne sur son site web de nombreuses références expliquant pourquoi la généralisation du port du casque aurait un impact globalement négatif.

Pour résumer, si certains pensent que le principe de précaution voudrait que la Loi impose le casque aux cyclistes, alors le principe d’équité, auquel un député ne saurait être insensible, voudrait que la même Loi impose le casque aux piétons et automobilistes . En effet, les cyclistes ne sont pas plus souvent blessés au crâne dans les accidents de la circulation (hors pratique sportive et tout-terrain, qui ne relèvent pas de la sécurité routière) que les piétons ou les automobilistes . Les cyclistes représentent 4% des blessés graves, et 4% des tués, mais aussi 4% des déplacements (source : ONISR + CERTU, 2006). Parmi les blessés, 17% des cyclistes, 26% des piétons, et 24% des automobilistes, sont touchés au crâne (source : Sécurité Routière, 2005). Parmi les tués, 82% des cyclistes, et 86% des usagers tous modes confondus, sont touchés au crâne (source : British Medical Association, 1999).

Rendre le casque obligatoire aurait un impact négligeable sur le nombre global de victimes d’accidents de la circulation, mais ferait chuter significativement le nombre de cyclistes, ainsi qu’il a été observé dans les pays qui ont commis l’erreur de rendre le casque obligatoire.

Amalgamer le vélo aux deux-roues motorisés induirait le report d’une partie des cyclistes, actuels ou potentiels, vers les cyclomoteurs. En Australie, pays pour lequel nous disposons des études les plus exhaustives, l’obligation de port du casque a fait chuter le nombre de cyclistes de 30% alors que le nombre de victimes d’accidents n’a baissé que de 20%. En outre cette baisse de 20% n’était pas due au casque, puisque dans le même temps, le nombre de victimes a aussi baissé de 20% chez les piétons et les automobilistes, non casqués. Le Gouvernement australien avait en effet engagé simultanément une action d’envergure contre l’alcool au volant et les excès de vitesse. Les pays européens exemplaires en matière de politique cyclable et de sécurité routière n’imposent pas le port du casque à vélo.

A l’époque où gouvernement, collectivités territoriales et associations sont engagés dans les démarches « Grenelle de l’Environnement » ou « Agenda 21 », et où les conséquences de la sédentarité deviennent un enjeu majeur de santé publique, nos concitoyens ne comprendraient pas qu’on pénalise le développement du vélo pour les petits déplacements.

Nous sommes bien sûr tout à fait disponibles pour vous rencontrer à ce sujet.

Veuillez agréer...

EVAD

Les réponses des députés...

- Bernard Depierre (UMP) nous a reçus le lundi 5 novembre pour nous dire qu’il était farouchement pour l’obligation du port du casque pour tous les cyclistes car : les cyclistes roulent sur les trottoirs... à Dijon, les double-sens cyclables sont dangereux... à Dijon, les bandes cyclables sur les trottoirs mettent en danger les piétons... les cyclotouristes portent le casque...

Ce fut donc un vrai dialogue de sourds...

- Alain Suguenot (UMP) nous a fait parvenir un courrier en date du 29 octobre 2007 :

« [...] je vous assure naturellement de toute ma solidarité sur ce dossier. Je partage en effet tout à fait votre sentiment sur la question, et je ne manquerai pas par conséquent d’en faire part aux autorités concernées.[...] »

- Claude Darciaux (PS) nous a fait parvenir un courrier en date du 6 novembre 2007 :

« [...] je n’ai pas entendu parler que nous serions prochainement saisi de ce dossier.

Lorsque ce sera le cas, je ne doute pas que plusieurs associations d’usagers seront auditionnées afin de recueillir l’avis de tous.

Aujourd’hui, je n’ai donc pas d’avis tranché sur la question et attend le résultat de ces rencontres, pour me prononcer [...] »

- Remi Delatte (UMP) nous a fait parvenir un courrier en date du 23 novembre 2007 :

« [...] je ne pense pas qu’il soit nécessaire de légiférer sur ce sujet car il est évident qu’à heure où l’on souhaite encourager le déplacement en vélo, il parait trop
contraignant de disposer d’un casque dans toutes les circonstances de la vie quotidienne. Je suis très favorable à une sensibilisation forte pour inciter les usagers à se protéger, notamment au niveau des jeunes et des séniors
[...] »

- François Sauvadet (NC) : nous a fait parvenir un courrier en date du 29 novembre 2007 :

« [...] c’est avec intérêt que j’ai pris connaissance de votre position et de vos suggestions. C’est donc bien volontiers que, soucieux de relayer vos préoccupations, je transmets votre courrier au Secrétaire d’État chargé des Transports[...] »

Plus de vingt députés ont d’ores et déjà interpellé le gouvernement à ce sujet par une question écrite (avec « casque » comme mot clé dans la rubrique Recherche simple en texte intégral) !

P.-S.

Le logo de cet article à été emprunté au site québecois Véloptimum



3 Messages

  • Non à l’obligation du port du casque pour les cyclistes ! Le 10 novembre 2007 à 11:34 , par Bernard HUGUENY

    Curieuse logique que celle de Monsieur DEPIERRE : il avalise comme fait accompli, quasi légitimé que certains cyclistes passent les feux au rouge, roulent à contre-sens, emprunrent les trottoirs, etc...

    Non ! Non ! Non ! La première sécurité c’est le respect scrupuleux du code de la route, en ville comme à l’extérieur. Le casque, c’est comme l’ABS sur les bagnoles, ça incite à toutes les audaces... pas de souci, allons-y ! on est protégé ! la rue est à nous !

    J’ai à mon compteur l’équivalent d’environ dix tours de la planète à vélo dont un quart en vile. Je n’ai jamais eu d’accident, grâce au respect strict du code de la route.

    Les usagers de la rue que je redoute le plus, ce ne sont pas les automobilistes ni les motards (habituellement très attentifs aux cyclistes), mais les deux roues motorisés (scooters et cyclomoteurs), et surtout les piétons sur les voies réservés aux cyclistes... ou qui descendent du trottoir sans regarder qu’un cycliste peut surgir... sans bruit !


    • Non à l’obligation du port du casque pour les cyclistes ! Le 11 novembre 2007 à 11:40 , par PIERRE Michel

      Bonjour,
      Je suis pour le port du casque obligatoire. Je faits environs 10 000 km /an à vélo, je traverse la ville de Dijon en large et en long, et le casque ne me gêne nullement. J’ai vu des chutes de vélos pratiquement à l’arrêt, la tête n’avait rien mais le casque lui oui. Il faut être charlot pour être contre ! Je respecte le code de la route, m’arrêtant aux feux et stops, ne remontant pas les sens interdits. Si je faits une remarque à ce sujet à mes concitoyens, je me faits envoyer sur les roses. En voiture ou à vélo je remarque l’incivisme de certains 2 roues, qui ne respectent rien, qui slalomes entres les véhicules. Heureusement que les automobilistes dans l’ensemble font attentions. La police dijonnaise devrait être moins laxiste avec ces barjots. Evad est à côté de ses pompes de dire des inepties pareilles. Il devrait aller voir au SAMU les dégâts ? Merci. Cordialement.


  • Non à l’obligation du port du casque pour les cyclistes ! Le 8 novembre 2007 à 21:02 , par TOULOUZE

    Bonsoir, je partage votre avis concernant le port du casque obligatoire pour les cyclistes. Si cela devient une obligation, je laisserai mon vélo au garage. Les autorités politiques de notre pays n’ont que le mot répression en tête car cela fera des amendes supplémentaires pour le trésor public qui est un vrai tonneau des Danaîdes.Nous glissons à grands pas vers un Etat policier.


Contact | | Plan du site | Mentions légales | RSS 2.0 | Haut de page | SPIP 3.0 | Squelette scolaSPIP
Ensemble à Vélo dans l’Agglomération Dijonnaise (FUB)
Directeur de publication : le président d'EVAD