Ensemble à Vélo dans l'Agglomération Dijonnaise
Ensemble à Vélo dans l’Agglomération Dijonnaise
L’ASSOCIATION DES CYCLISTES URBAINS DU GRAND DIJON - Membre de la FUB
Fédération française des Usagers de la Bicyclette

Accueil > Actualités > Actualités 2009 > 1ères rencontres bourguignonnes du vélo urbain

A Dijon le 21 février 2009

1ères rencontres bourguignonnes du vélo urbain

Compte rendu - revue de presse

jeudi 12 mars 2009

Les 1ères rencontres bourguignonnes du vélo urbain (programme) se sont tenues à Dijon à la Maison de l’architecture et de l’environnement (latitude 21) le samedi 21 février 2009.

Compte rendu

Les participants
- Associations :

  • La Roue libre (Auxerre) : Eric BEUNAS, Philippe DALLE
  • Vélos en tous Sens : Isabelle VERREY, Douglas Fry, Philippe Lejus, Nicole Beauger
  • Mâcon Vélo en Ville : Jean Paul DUPONT, Delphine VAUFREY, Alexandre BONNEFOY, Patrick VARLEZ
  • VELOsurSAONE (Châlon sur Saône) : Frédéric GAIRAUD
  • EVAD(Dijon)  : Christian GERMAIN, Françoise et Thierry DUBROCA, Claire SONCOURT
  • La Bécane à Jules (Dijon) : Gisèle HUGUEVILLE
  • Vélocampus (Dijon) : Jean-Marc YONS, Helmut MEISS
  • Excusé : Alain MONNE de l’association Zig-Zag de Nevers.

- Représentante du Grand Dijon : Catherine HERVIEU, vice-présidente chargée des modes de déplacement doux et alternatifs, membre du bureau du « Club des villes et territoires cyclables »

Christian Germain, président d’EVAD, souhaite la bienvenue aux participants et remercie la direction de la Maison de l’architecture et de l’environnement pour
l’accueil en ses locaux qui deviennent un lieu emblématique de la réflexion menée dans l’agglomération sur les problèmes environnementaux.

Il trace en quelques mots l’objectif de cette rencontre, la première du genre :
- définir des axes de réflexion et d’actions communes à nos associations,
- éboucher sur des démarches conjointes auprès du Conseil régional (vélo-TER notamment).

Catherine Hervieu fait part de sa récente nomination au bureau du Club des villes et territoires cyclables. Elle indique les récentes évolutions de cette instance (adhésion de départements et même de régions, comme le Nord Pas de Calais et la Bretagne). A cet égard, elle pense qu’il aurait pu être intéressant d’inviter des élus.

Elle retrace l’évolution, récente il est vrai, de la prise en compte des déplacements à vélo dans les villes françaises. A cet égard, l’exemple de Dijon est significatif, puisque notre ville s’était vue décerner le « Clou rouillé » de la Fubicy en 2001. Bien des changements sont intervenus depuis, d’autant plus méritoires que l’on partait de strictement rien en matière d’aménagements cyclables. Le « schéma directeur en faveur des cyclistes » a été adopté en 2004 et va faire l’objet de modifications. Il y a désormais un élu référent (Catherine Hervieu) au niveau de la Communauté d’agglomération du Grand Dijon.

Elle insiste sur le fait que le gros « chantier », c’est le partage de la voirie, dans un contexte où les mentalités sont encore très attachées à l’idée que tout ou presque doit revenir à la voiture, pour circuler comme pour stationner. C’est à ce niveau qu’il faut travailler sans relâche, car les freins au changement les plus puissants sont « dans les têtes ». A Dijon, de grands projets sont en train d’émerger, avec notamment le tram, qui va s’accompagner de changements très importants dans le plan de circulation et dans le partage de l’espace urbain.

La réflexion ne peut être cantonnée à l’espace urbain strictement défini, car notre département, comme beaucoup d’autres sans doute, est marqué par une forte ruralité, qui contraste avec une agglomération importante à la fois par la taille et par l’attractivité en matière d’emploi (ce qui conduit à la situation suivante pour beaucoup : on dort à la campagne et on travaille en ville). Il faut donc intégrer ce constat dans la réflexion et définir des axes de développement cohérents à la fois dans le domaine du PLU et dans celui des transports alternatifs à l’automobile individuelle. L’intermodalité train-transports en commun-vélo est une des solutions à privilégier.

L’agglomération dijonnaise comporte actuellement 70 km d’aménagements cyclables et l’objectif est d’atteindre les 150 km.

La réflexion porte également sur l’extension des zones 30 et la création de zones de rencontre. (nouvelles dispositions du « code de la rue ») qui sont des zones 20 avec priorité aux piétons.

D’autres projets sont à l’étude ou en cours de réalisation : auto-partage, incitations au co-voiturage, schéma directeur piétons...

Les représentants des différentes associations font état des difficultés qu’ils éprouvent dans leurs relations avec les élus de leurs villes(ou dans l’absence de relations...) . La situation de Châlon-sur Saône paraît très difficile à cet égard, son représentant se dit quelque peu découragé.

Il est fait ici mention de l’efficacité de la communication, sous toutes ses formes : manifestations revendicatives, pétitions, manifestations ludiques et festives, articles de presse, actions de « lobbying », etc.... Il est sans doute important de travailler sur l’image du vélo, encore très souvent victime d’une connotation de moyen de transport « au rabais », réservé aux économiquement faibles. Ceci n’est pas vrai dans toutes les « couches » de la société et ne se traduit pas du tout de la même façon dans les différentes agglomérations urbaines (l’exemple de Paris est significatif).

Il est vrai aussi que la qualité des aménagements cyclables entre largement en ligne de compte et que tant qu’aucune volonté publique n’est affichée pour le partage de l’espace urbain, les cyclistes restent des « francs tireurs » et sont perçus comme tels. Dans un deuxième temps, ils peuvent être montrés du doigt comme les responsables des difficultés à circuler (en raison de la place que l’on a prise aux automobiles...) et enfin, quand le processus approche de son terme, le déplacement à vélo apparaît comme une bonne solution à un nombre croissant de personnes. Ce schéma n’a rien d’un rêve, puisque qu’on peut en observer les développements chez plusieurs de nos voisins européens.

Christian Germain présente les nouvelles dispositions du code de la route (« code de la rue ») :
- le nouvel article 412-6 du code de la route, qui instaure le principe de prudence et de respect de l’usager le plus vulnérable,
- les modalités de mise en œuvre des «  zones 30 », dans lesquelles les aménagements de la voirie doivent être mis en complète cohérence avec la vitesse maximum autorisée. La loi fixe au 1/07/2010 la date limite de prise des arrêtés municipaux de création des zones 30 et des arrêtés « de réception » certifiant la conformité à la loi.
- les modalités de mise en œuvre des « zones de rencontre », qui devraient participer très largement à la rénovation de la voirie et au changement des habitudes, puisque le piéton y devient l’usager prioritaire, ce qui constitue un bouleversement dans les habitudes de l’automobiliste.

Catherine Hervieu fait remarquer que les représentants de la Direction de la sécurité routière se montrent très hostiles à ces nouvelles dispositions au motif que « les vélos sont dangereux pour les piétons ».

Il est proposé, pour faire avancer les choses, d’organiser en 2010 des «  Etats généraux de la mobilité en Bourgogne  ». A cette occasion, la mise en présence des associations d’usagers et des élus référents autour d’une même table pourrait permettre de proposer des solutions pour mettre en œuvre de vraies solutions pour favoriser les moyens de transport alternatifs à l’automobile individuelle.

Christian Germain propose que les différentes associations présentes communiquent « d’une seule voix » sur l’état de la prise en compte de ces différentes mesures dans les villes représentées.

Faisant suite à ces échanges, arrive l’heure de la conférence de presse (média représentés : Radio France Bleu Bourgogne et Le Bien Public). Chacun s’exprime mais Le Bien Public retranscrit cela sous forme d’un interview -fiction avec seulement deux interlocuteurs !

Pendant le repas à La Bécane à Jules chaque association se présente et fait part de ses axes de travail et difficultés. Il en ressort notamment un décalage de préoccupations et de priorités entre Dijon (politique en faveur du vélo existante et visible) et les autres villes de Bourgogne où tout semble encore à faire ! Vélos en tous Sens évoque les actions entreprises depuis le début de sa création (2 ans) et ses relations avec les 2 municipalités successives(élections obligent !) : cela avance à petits pas. Leur demande de parkings à vélo dans des endroits stratégiques a été prise en compte, par exemple. Quant à la communication avec la municipalité, leur ténacité devrait permettre leur participation à des réunions ultérieures avec les élus , en rapport avec l’aménagement urbain et la circulation en ville.

Après la balade à vélo à la découverte d’aménagements cyclables dijonnais (couloirs bus-vélo, doubles sens cyclables dans l’hyper-centre, ...) et une démonstration « vélodi » à la gare, chacun a pu regagner sa ville en vélo+train ou co-voiturage.



- compte rendu et photos par Vélo en Tout Sens

- compte rendu et photos de Mâcon Vélo en Ville et la réaction du maire de cette ville, pas triste !

- revue de presse

Le Bien Public 22/02/09 L’indépendant de l’Yonne 24/02/09
JPEG - 131 ko
JPEG - 87.4 ko

- Merci à Isabelle pour la vidéo et à Claire pour la soupe !


Contact | | Plan du site | Mentions légales | RSS 2.0 | Haut de page | SPIP 3.0 | Squelette scolaSPIP
Ensemble à Vélo dans l’Agglomération Dijonnaise (FUB)
Directeur de publication : le président d'EVAD