Ensemble à Vélo dans l'Agglomération Dijonnaise
Ensemble à Vélo dans l’Agglomération Dijonnaise
L’ASSOCIATION DES CYCLISTES URBAINS DU GRAND DIJON - Membre de la FUB
Fédération française des Usagers de la Bicyclette

Accueil > Dossiers > Accidentologie > Sécurité routière, attention, idées reçues !

Accidentologie dijonnaise en 2008

Sécurité routière, attention, idées reçues !

Testez-vous en 6 questions...

mercredi 2 septembre 2009

Les réponses aux questions suivantes s’appuient sur le bilan de l’accidentologie dijonnaise en 2008. Cependant, la situation dijonnaise est assez similaire — malheureusement pour certains aspects ! — à ce qui se passe au niveau national. Dans la suite, il n’est question que d’accidents ayant causé des blessures (avec ou sans hospitalisation).

1/ «  Les cyclistes ont les accidents qu’ils méritent !  »

FAUX, sur les 33 accidents ayant impliqué un cycliste, seuls 12 d’entre eux (soit 36%), ont eu pour présumé responsable le cycliste. Ce pourcentage est de 59% pour les cyclomoteurs et de 69% pour les automobiles !

2/ «  Depuis 10 ans, la sécurité routière s’améliore régulièrement !  »

VRAI au niveau national (avec cependant une certaine stagnation de la baisse depuis 2006) mais FAUX en milieu urbain comme à Dijon où le nombre d’accidents est en hausse depuis 2006 : la tolérance flagrante pour le non respect des limitations de vitesse dans la ville n’est sans doute pas étrangère à cette situation !

3/ «  Pour sécuriser les traversées de rues, il faut multiplier les passages piétons  »

FAUX, sur les 70 accidents de piétons, 31 ont eu lieu sur un passage piéton dit parfois à tort « passage protégé » ! La situation dijonnaise est conforme à la situation nationale ! Rappelons que depuis août 2008, le code de la route impose à chaque conducteur de « faire preuve d’une prudence accrue à l’égard des usagers les plus vulnérables » (art R412-6).

4/ «  Les cyclistes représentent un danger pour les piétons  »

FAUX, en 2008, seul deux accidents ont impliqué un cycliste et un piéton (en 2006 et 2007, il y avait eu un seul accident de ce type). La présence de cyclistes sur les trottoirs n’est donc pas accidentogène, il n’en reste pas moins vrai qu’elle génère un réel sentiment d’insécurité pour les piétons « fragiles » (enfants, personnes âgées ou à mobilité réduite) et peut constituer un obstacle à leur légitime besoin de mobilité. Cyclistes et... automobilistes doivent respecter les trottoirs.

5/ «  Non protégés par une carrosserie et en général sans casque en ville, les cyclistes ont des accidents particulièrement graves  »

FAUX, seuls 12% des cyclistes accidentés (4 sur 33) ont dû être hospitalisées ! Pour les cyclomotoristes ce pourcentage est de 19%, pour les piétons il est de 28% !

6/ «  Il y a de plus en plus de vélos, les accidents vont se multiplier  »

Lorsque nous disposerons de statistiques complètes sur la réalité du trafic vélo à Dijon, on constatera que cela est FAUX comme cela se vérifie partout notamment à Lyon et Paris : la faible augmentation du nombre d’accidents constatés après la mise en service de vélos en libre service est sans commune mesure avec l’augmentation du trafic vélo. Mais bien sûr, il faut continuer à œuvrer pour que le vélo se développe sans que les accidents augmentent !


Contact | | Plan du site | Mentions légales | RSS 2.0 | Haut de page | SPIP 3.0 | Squelette scolaSPIP
Ensemble à Vélo dans l’Agglomération Dijonnaise (FUB)
Directeur de publication : le président d'EVAD