Ensemble à Vélo dans l'Agglomération Dijonnaise
Ensemble à Vélo dans l’Agglomération Dijonnaise
L’ASSOCIATION DES CYCLISTES URBAINS DU GRAND DIJON - Membre de la FUB
Fédération française des Usagers de la Bicyclette

Accueil > Dossiers > Aménagements de voirie > EVAD fait le point sur le nouveaux aménagements cyclables en centre (...)

Conférence de presse du 21 novembre 2006

EVAD fait le point sur le nouveaux aménagements cyclables en centre ville

samedi 25 novembre 2006

Lors de cette conférence de presse où étaient représentés le journal Le Bien Public et la radio RCF (la radio Chérie FM excusée nous a invités à intervenir sur son antenne quelques jours après), EVAD a fait la déclaration suivante :

Les nouveaux aménagements cyclables (contresens...)

Le pourquoi de ces aménagements
- Les contresens :
Le plan de circulation établi il y a une trentaine d’années visait à faciliter la circulation automobile et il a trop bien réussi : de plus en plus de voitures entrent dans la ville, pour accéder au centre ou simplement pour traverser la ville. Afflux qui n’est pas sans conséquence, engorgement, pollution (un rapport récent de l’IVS montre une corrélation entre pics de pollution et augmentation des hospitalisations !)

Or ce plan de circulation était très pénalisant pour les cyclistes qui s’étaient vus ainsi imposer des détours insensés (voir ce qui se passait avant l’existence du contre sens de la rue Lamonnoye !)

L’instauration des contre sens vise simplement à rétablir la place du vélo au centre ville en lui offrant la possibilité de circuler sans détours inutiles ! Cela fait partie d’une politique globale (PDU) qui vise à favoriser le vélo pour réduire l’afflux de voiture au centre ville.

Ces contre sens sont donc utiles ! Ils ne sont pas, en eux-mêmes, accidentogènes mais en plus ils évitent souvent aux cyclistes des détours par des axes plus fréquentés et donc plus risqués ! Pourquoi s’en priver ?

- Les autres aménagements (bandes cyclables ...)
Ils visent à permettre » au vélo de trouver sa place même sur les grands axes, les grandes places, qui par nature sont « structurants » ! Ils font partie aussi d’une politique globale (le schéma directeur cyclables de l’agglomération). Ils sont donc indispensables !

Ils ont pourtant suscité trois types de réactions...

Les oppositions frontales mais incohérentes ou irréalistes :

« Les contre sens sont trop dangereux, faut faire des pistes sécurisées si possible en site propre » ce qui est bien sûr impossible en centre ville ! Conclusion : on ne peut et on ne doit rien faire pour le vélo en centre ville !

C’est d’autant plus incohérent que ce genre de discours est tenu par des personnes qui par ailleurs réclament que l’on puisse emprunter partout dans la ville des vélos gratuits ! Mais ils vont circuler où ? sur la piste le long du canal ?

Il y aussi les « jusqu’au-boutistes » : « yaqua interdire tout le centre ville aux voitures plutôt qu’installer ces contresens ! », c’est une position tout aussi paralysante : comme cette solution n’est pas (pour le moment ?) envisageable, il ne faut rien faire !

Les incompréhensions feintes ou sincères

A propos de la bande cyclable « Place du 30 Octobre, on ne sait pas qui a priorité, il faut la supprimer ! » le code de la route est clair c’est un giratoire à feux : les entrants ont priorité (quand ils ont le feu vert) mais un véhicule qui dans le giratoire change de voie de circulation (donc notamment pour sortir du giratoire) n’est pas prioritaire !

« Il y a un petit bout de piste dans le caniveau en arrivant sur cette place ! », ce n’est ni une piste ni même une bande cyclable , c’est un marquage indiquant aux automobilistes qu’ils doivent laisser un passage le long du trottoir pour que le cycliste puise accéder au sas

Dans les contresens « Il n’y a pas de bande tout le long » , il n’y a en effet pas de voie réservé à chaque type d’usagers, en zone 30 ce n’est en général pas possible et ce n’est pas souhaitable (voies séparées => vitesse). Dans des rues étroites à double sens permettant à peine le croisement de deux automobiles, il n’y a en général pas de ligne blanche !. Une voie en contresens est un espace partagé !

Inquiétude, sentiment d’insécurité ressentie, sincères mais non fondés

Inquiétude de la part des automobilistes et des cyclistes qui ont peur d’être accidentés ou de provoquer un accident !

Pourtant les faits sont têtus ! En France, Strasbourg, Bordeaux, à l’étranger, Belgique, Allemagne, Suisse...toutes les études le montrent les contre sens ne sont pas accidentogènes !

D’ailleurs même lorsque les cyclistes empruntent en infraction des sens interdits, il y a très peu d’accident. Pourquoi ? car automobiliste et cycliste se font face !

Que faut-il donc dire aux automobilistes inquiets :

« Vous faites courir un risque beaucoup plus grand au cycliste en le doublant sans respecter la distance de sécurité (1m en agglo, 1,6 en rase campagne) qu’en le croisant

Adapter votre vitesse (en zone 30, 30 est une vitesse maximale !), respectez les usagers vulnérables et n’ayez crainte, les cyclistes ne vont pas plus se jeter sur votre capot que ne le ferait une autre voiture lorsque vous la croissez dans une rue étroite ! »

Que faut-il donc dire aux cyclistes ?

« En attendant que les automobilistes s’habituent, soyez prudents, vigilants, ne forcez pas le passage, si le croisement est difficile arrêtez vous, laissez passer la navette « Divia » , mais utilisez ces contresens, appréciez le confort qu’ils apportent ! Plus il y aura de vélos, plus vite les automobilistes s’habitueront ! »

Notre position
- cela va dans le bon sens !
- il faut beaucoup plus de pédagogie : communication générale (panneaux lumineux, affichage...) et information aux entrées en zone 30 !
- pour les places Jean Bouhey et du 30 Octobre une signalisation provisoire informant des bandes cyclables
- mais surtout instaurer une vraie zone 30 élargie et la faire respecter !

Qu’est-ce qu’une vraie zone 30 ? : Pas de feu tricolore, pas de panneau « cédez le passage » mais principe général de priorité à droite, pas de passage piéton mais plutôt des trottoirs traversants (« ce n’est pas le piéton qui traverse la rue mais la voiture qui doit traverser le trottoir »).

(A ce sujet voir La Bulle n°29)


Contact | | Plan du site | Mentions légales | RSS 2.0 | Haut de page | SPIP 3.0 | Squelette scolaSPIP
Ensemble à Vélo dans l’Agglomération Dijonnaise (FUB)
Directeur de publication : le président d'EVAD