Ensemble à Vélo dans l'Agglomération Dijonnaise
Ensemble à Vélo dans l’Agglomération Dijonnaise
L’ASSOCIATION DES CYCLISTES URBAINS DU GRAND DIJON - Membre de la FUB
Fédération française des Usagers de la Bicyclette

Accueil > Actualités > Actualités 2009 > Pas de deux-roues motorisés dans les couloirs-bus !

Communiqué du Club des villes et territoires cyclables

Pas de deux-roues motorisés dans les couloirs-bus !

Oui à un « code de la rue » et à l’abaissement des vitesses en ville !

mercredi 18 novembre 2009

La circulation des deux-roues motorisés dans les couloirs de bus, aux côtés des bus, taxis et vélos, est une fausse bonne idée. Le Club des villes et territoires cyclables repousse cette mesure aujourd’hui envisagée par le Ministère de l’Ecologie et la Direction à la sécurité et à la circulation routière.

Le Club rappelle en revanche que sa proposition d’organiser une rencontre entre les professionnels du transport - de marchandises, du BTP, de la collecte des déchets -, les associations de cyclistes et les collectivités territoriales sur le risque de l’angle mort, très favorablement accueillie par le ministre et la Délégation à la sécurité et à la circulation routières (DSCR) il y a un an, ne s’est pas toujours pas traduite par une réunion de l’ensemble des acteurs concernés à l’initiative des Pouvoirs publics qui en avaient pris l’engagement.

« Toutes les recherches montrent que la circulation des deux-roues motorisés dans les couloirs de bus est une fausse bonne idée déplaçant l’accidentalité des 2RM et exposant piétons et cyclistes à un risque accru. Aucune étude ne recommande cette cohabitation. Aucun retour d’expérience étranger n’a contredit ces analyses pour le moment », a souligné Jean-Marie DARMIAN, président du Club des villes et territoires cyclables, maire de Créon (33). « Compte tenu de la très forte accidentalité des deux-roues motorisés, il est bien légitime de chercher des solutions. Cependant, une telle mesure fera peut-être baisser les conflits voiture-2RM mais le report des risques se fera aux dépens des piétons et des cyclistes ».

Vélos et bus ont des vitesses proches et on sait que c’est le premier paramètre de la sécurité dans la cohabitation entre modes.

Le Club des villes et territoires cyclables demeure convaincu que l’abaissement des vitesses, première condition de la cohabitation entre véhicules motorisés et vélos, et les aménagements en faveur d’une bonne cohabitation sur l’espace public des véhicules motorisés, des piétons et des cyclistes sont des outils efficaces pour assurer la sécurité des usagers de la rue.

Le Président du Club des villes et territoires cyclables, dans un courrier adressé à Madame Merli, déléguée interministérielle à la sécurité routière, souligne également que la démarche d’élaboration du Code de la rue marque aujourd’hui le pas. Il convient de retrouver le sens de la démarche et de fixer un objectif ambitieux de changement de paradigme et d’évolution de notre Code actuel vers un vrai Code de la rue.

A ce titre et pour favoriser efficacement l’intégration du vélo, le Club des villes et territoires cyclables, rappelant combien les usagers de la rue sont différents au regard de la place qu’ils occupent sur l’espace public et du risque qu’ils font encourir à autrui, demande l’ouverture d’un nouveau chantier visant à introduire un dispositif de sanctions avec des infractions "ordinaires" et des infractions "graves".

C’est le sens de la motion adoptée à l’unanimité de l’ensemble des collectivités territoriales réunies en Assemblée générale le 9 octobre dernier.


Contact | | Plan du site | Mentions légales | RSS 2.0 | Haut de page | SPIP 3.0 | Squelette scolaSPIP
Ensemble à Vélo dans l’Agglomération Dijonnaise (FUB)
Directeur de publication : le président d'EVAD