Ensemble à Vélo dans l'Agglomération Dijonnaise
Ensemble à Vélo dans l’Agglomération Dijonnaise
L’ASSOCIATION DES CYCLISTES URBAINS DU GRAND DIJON - Membre de la FUB
Fédération française des Usagers de la Bicyclette

Accueil > Le courrier des lecteurs > « Tous les jours, j’emprunte la rue de Mirande... »

Courriel du 26 décembre 2009

« Tous les jours, j’emprunte la rue de Mirande... »

M. Gérard R. de Dijon

dimanche 20 décembre 2009

Comme beaucoup de cyclistes dijonnais, Monsieur Gérard R. fait quotidiennement l’expérience des problèmes de sécurité pour les vélos dans la rue de Mirande à cause notamment de plusieurs rétrécissements dûs à des ilôts.


Bonjour,

Tous les jours, j’emprunte la rue de Mirande à bicyclette pour me rendre à mon travail dans le sens montant.
Mais je suis de moins en moins rassuré en haut de montée au droit des deux îlots.

Je vous joints deux photos en illustration.
J’ai mesuré les largeurs de voirie dans le sens montant : 3,30 m pour le premier rétrécissement, 3,00 m pour le second.
J’ai investi dans un écarteur et je monte cette rue à la meilleure heure, c’est à dire juste après 8h00 du matin, mais se faire frôler par des voitures (pas toutes) qui ne ralentissent pas, c’est inquiétant (même si l’hospital n’est pas loin !).

Je ne sais pas ce qui peut être entrepris. Merci par avance de ce que vous pourriez faire. A votre disposition pour toute information complémentaire.

Bien cordialement.

Gérard R. (adhérent EVAD)


la réponse d’EVAD

En attendant que le vélo soit réellement pris en compte sur cet axe « structurant » (ce sur quoi nous allons encore insister auprès des élus !), permettez-nous de vous prodiguer un conseil.

Pour gérer « confortablement » les rétrécissements qui ne permettent pas à une automobile de doubler un cycliste en laissant le mètre de sécurité obligatoire, il est possible de mettre en œuvre la technique illustrée par le croquis ci-dessous. Elle repose sur un principe de base pour notre sécurité à vélo : «  ne jamais chercher à se faire tout petit !  », c’est à dire, prendre toute la place qui nous revient en tant que véhicule sur la chaussée.

La technique demande de bien signaler son écart en tendant le bras et un peu de maîtrise pour bien regarder derrière soi et apprécier distance et vitesse du véhicule suiveur afin de ne pas le surprendre, mais elle est efficace pour empêcher de faire "serrer", on s’expose juste à quelques coups de klaxon de la part d’automobilistes grincheux.

Pour les aménageurs, la « philosophie » de ces rétrécissement est la suivante : permettre aux piétons de traverser en deux temps un axe à trafic dense et rapide, sans ralentir ce trafic ! En effet c’est au piéton à attendre le bon moment pour rejoindre l’ilôt central puisqu’en l’état actuel du code de la route, un piéton n’est pas prioritaire simplement parce qu’il manifeste son intention de traverser, pour l’être, il doit être "régulièrement engagé" (Article R415-11 du code de la route) ce qui demande parfois un certain courage (que n’ont pas toujours les personnes âgées et/ou à mobilités réduites). Environ un accident de piéton sur deux a lieu sur un passage piéton dit parfois "protégé" (voir l’accidentologie dijonnaise) !

Encore merci de votre courrier, bon courage et continuez à nous faire remonter toutes les difficultés que vous pouvez rencontrer dans vos trajets à vélo (voir nos fiches de propositions). Nous vous invitons aussi à venir intervenir avec nous sur ces sujets lors des réunions publiques organisées par la mairie au cours des prochaines semaines.

EVAD

[09/01/2010]


Contact | | Plan du site | Mentions légales | RSS 2.0 | Haut de page | SPIP 3.0 | Squelette scolaSPIP
Ensemble à Vélo dans l’Agglomération Dijonnaise (FUB)
Directeur de publication : le président d'EVAD