Ensemble à Vélo dans l'Agglomération Dijonnaise
Ensemble à Vélo dans l’Agglomération Dijonnaise
L’ASSOCIATION DES CYCLISTES URBAINS DU GRAND DIJON - Membre de la FUB
Fédération française des Usagers de la Bicyclette

Accueil > Le courrier des lecteurs > « C’est bien sauf que... c’est interdit ! »

Courriel du 14 juillet 2011

« C’est bien sauf que... c’est interdit ! »

Monsieur Guy V. de Dijon.

dimanche 31 juillet 2011

Un adhérent s’interroge à propos du comportement des cyclistes aux feux rouges et de l’évolution du code de la route...

« 

Je voudrais faire plusieurs remarques concernant les cyclistes et les feux rouges.

Actuellement des cyclistes grillent des feux rouges. Il y a trois cas dont deux je déplore ( en tant que cycliste et voiture).

Le premier cas c’est le cycliste qui arrive au feu rouge rapidement voir très rapidement qui le grille quite a effrayer le pièton qui s’engageait sur le passage clouté ( bonhomme vert)(je l’ai vu deux fois et je trouve ça de l’incivisme).

Le deuxième cas c’est le cycliste qui grille le feu rouge et traverse le carrefour pépère tranquillement ( là je trouve que c’est un non respect des autres véhicules (vélo ou voiture)).

Le troisième cas c’est le cycliste qui grille le feu rouge en faisant attention aux piétons et qui traverse le carrefour assez rapidement ( là je trouve que c’est bien à défaut que c’est interdit).

Bientôt il y aura la possibilité aux cyclistes de tourner à droite aux feu rouge voir tout droit. Ben je crains le pire dans certain cas. Il faudra faire pas mal de prévention.....
Personnellement je suis pour les futurs modifications mais....

Bon, c’est ma journée de pessimisme
à bientôt en balade

 »


EVAD répond

Ton analyse du comportement des cyclistes aux carrefours à feux montre notamment ce que l’on sait depuis longtemps à savoir que les cyclistes sont des gens comme les autres c’est à dire ni des saints, ni des citoyens idéaux !

Et si l’on excepte les comportements de type "prise de risque", propre à l’adolescence voire adulescence, qui malheureusement seront difficiles à éradiquer, on peut constater que les autres comportements relèvent, de la part du cycliste, d’un arbitrage, plus ou moins conscient et... mis en œuvre avec plus ou moins de civilité, entre la nécessité de respecter la règle commune et son propre intérêt en matière de confort et surtout de sécurité : il est plus sécurisant de passer prudemment au feu rouge que d’attendre le feu vert pour démarrer au milieu d’un flot de voitures en pleine accélération, il est plus confortable de ralentir que de s’arrêter pour redémarrer.

Tes remarques montrent aussi que ce système de régulation du trafic n’est pas adapté aux vélos, c’est « normal », à l’époque où il a été conçu, le vélo avait quasiment disparu du paysage urbain, il a donc été conçu et règlementé en pensant uniquement au trafic automobile !

Que faire donc face à cette situation peu satisfaisante ? S’activer pour que les cyclistes deviennent des citoyens parfaits ou bien

- demander que le nombre de carrefours à feux diminue, notamment dans les zones 30, où ils ont incongrus,

- demander que, lorsqu’ils sont nécessaires, ils soient équipés de sas avec bande cyclable pour y accéder, qu’on y autorise les cyclistes à tourner à droite ou dans certains cas à aller tout droit lorsque le feux est rouge (Depuis le décret de novembre 2010, cela est désormais possible, il manque juste le panneau adéquat, il devrait bientôt sortir mais il manquera peut-être alors la volonté des maires de l’utiliser)

Bientôt à Dijon ?

- demander que le code de la route continue d’évoluer pour mieux prendre en compte les modes actifs et les favoriser (c’est la démarche « code de la rue »). Le constat que tu as fait à une intersection avec feux, pourrait sans doute l’être aussi en présence d’un panneau « stop », il ne serait pas absurde d’autoriser les cyclistes à le considérer un comme un « cédez le passage ».

En ce qui concerne la possibilité du « tourne à droite », il n’y a pas de raison de craindre le « pire », cette possibilité a été longuement expérimentée à Strasbourg et Bordeaux sans aucun problème, il faudra bien sûr expliquer aux cyclistes que cela ne leur donne pas tous les droits et aux usagers motorisés que... cela est réservé aux cyclistes !

Quoi qu’il en soit, individuellement respectons le code de la route en son état actuel, et, collectivement, via les associations, demandons l’accélération de son adaptation aux modes actifs.

Ne soyons donc pas pessimistes, la ville change, et les comportements aussi changent même s’ils le font un peu plus lentement !

A une prochaine balade

EVAD

P.-S.

Crédit photos : D. Daoulas - Place au Vélo Nantes / FUB



Contact | | Plan du site | Mentions légales | RSS 2.0 | Haut de page | SPIP 3.0 | Squelette scolaSPIP
Ensemble à Vélo dans l’Agglomération Dijonnaise (FUB)
Directeur de publication : le président d'EVAD