Ensemble à Vélo dans l'Agglomération Dijonnaise
Ensemble à Vélo dans l’Agglomération Dijonnaise
L’ASSOCIATION DES CYCLISTES URBAINS DU GRAND DIJON - Membre de la FUB
Fédération française des Usagers de la Bicyclette

Accueil > EVAD et les institutions > EVAD et Dijon Métropole > Enquête publique PDU : EVAD s’est exprimée !

Le Grand Dijon révise son Plan de Déplacements Urbains

Enquête publique PDU : EVAD s’est exprimée !

Pour un nouvel élan en faveur du vélo

mardi 8 mai 2012

Un Plan de Déplacements Urbains (PDU) est un document d’orientation qui vise à développer les alternatives à la voiture individuelle pour protéger l’environnement, améliorer la qualité de vie des habitants, leur santé et la sécurité de leurs déplacements. L’actuel PDU, vieux de plus de dix ans, se devait d’être révisé pour prendre en compte les évolutions de l’agglomération : arrivée du tramway, nouveaux comportements de mobilités...

Notre association a participé, assidument et activement, aux ateliers de concertation au sujet du tramway et du PDU. Nous avons, dans ce cadre, fait un certain nombre de propositions. Nous les avons remises au Président du Grand Dijon en septembre 2011(en reprenant bien sûr les propositions concernant l’intermodalité que la FNAUT-Bourgogne et notre association ont élaborées en commun), puis, lors de l’enquête publique qui s’est tenue du 11 avril au 11 mai 2012, nous avons remis au Président de la commission d’enquête nos remarques à propos du projet de PDU tel qu’il était soumis à l’enquête.

On pourra lire ci-dessous une synthèse de nos propositions et observations. On peut aussi télécharger la version complète.
=> nos observations à propos du PDU tel qu’il a été soumis à l’enquête publique

Considérations générales

- Pour un PDU évaluable

  • Le nouveau PDU devra quantifier des objectifs (évolution des parts modales, accidentologie, pourcentage de voirie « cyclable » etc...
  • des actions individuellement évaluables.
Si le projet de PDU précise pour chacune des actions des indicateurs de suivi et d’évaluation, les indicateurs d’évaluation ne sont quasiment jamais chiffrés. Par exemple, pour l’action 3, un indicateur d’évaluation est « Cyclabilité du territoire ». Eu égard aux investissements prévus, on ne peut se contenter de considérer l’action comme réussie simplement si cette « cyclabilité » augmente, il aurait été souhaitable pour cette action comme pour les autres de fixer des objectifs chiffrés pour les indicateurs d’évaluation !

- Améliorer la sécurité des déplacements

  • mise en place d’un observatoire de l’accidentologie piétons et vélos à l’échelle de l’agglomération
Si le projet de PDU dans son action 32 prévoit bien comme le demande la loi, la mise en place d’un observatoire de l’accidentologie, il n’en reprend pendant pas explicitement l’objectif « suivi des accidents impliquant au moins un piéton ou un cycliste ». Le projet reste muet sur la nécessité d’harmoniser au sein de toute l’agglomération les méthodes de recueil de données.

Les données d’accidentologie qui seront fournies par l’observatoire, sauf erreur ou omission de notre part, ne servent jamais à évaluer ni qualitativement et encore moins quantitativement les actions du projet de PDU. Ce qui est pour le moins étonnant puisque l’un des objectifs que la loi fixe au PDU est « l’amélioration de la sécurité de tous les déplacements » !
  • inciter les communes à généraliser de façon cohérente les zones à vitesse apaisée (zone 30 et zone de rencontre)
Si les actions 1 et 2 sont tout à fait essentielles, elles ne constituent pas par elles-mêmes une politique volontariste d’incitation pour le développement cohérent au niveau du territoire communautaire des zones à vitesse apaisée (voir aussi le point ci-dessous). Elles ne sont là que pour accompagner des éventuels projets communaux d’aménagements de voiries
  • réaménager les 2x2 voies en « boulevards urbains » à 2x1 voie.
Malheureusement, le projet de PDU est muet sur ces points !
On peut rêver !

- Mutualiser les compétences et les expériences réussies

  • concevoir un guide communautaire des bonnes pratiques en matière d’aménagement de voirie
  • développer une culture commune en matière d’aménagements de voirie
  • un centre de ressources et un «  Monsieur Vélo »
Si l’action 1 va évidemment dans ce sens, il est surprenant et très dommageable qu’elle ne prévoit pas la réalisation en parallèle d’un guide pour les aménagements cyclables. Ce genre de guide existe dans plusieurs agglomérations.

Le projet de PDU ne prévoit pas de dispositif du type « centre de ressource »

Pour un nouvel élan en faveur du vélo

- Vers un nouveau « schéma directeur en faveur des cyclistes »

  • Faire un état de l’existant en concertation avec les usagers
  • Faire le bilan de la mise en œuvre de l’ancien « schéma directeur en faveur des cyclistes ».
  • Elaborer un nouveau « schéma directeur en faveur des cyclistes ».
Remarque globale :
Le projet de PDU se fixe comme objectif une part modale du vélo de 10% à l’horizon 2020. Cet objectif est à la fois nécessaire et réaliste. Il vise à reconnaitre désormais le vélo comme un moyen de déplacement à part entière.
Alors comment comprendre que ne soit soumis à la procédure d’enquête publique que quelques orientations, comment accepter que soit reportée à un document non soumis à enquête publique la définition des « orientations du schéma cyclables tenant compte des nouvelles modalités de circulation induites par la mise en service su tramway et de la LINO » (action 3). Ces orientations ont vocation légitime vis-à-vis de la bonne information citoyenne à figurer dans le projet de PDU soumis à enquête publique. A charge pour le schéma directeur de préciser les modalités de mise en œuvre de ses grandes orientations.
Il résulte donc, du fait du caractère très succinct du contenu de l’action 3, que nous pouvons difficilement savoir si les propositions faites lors de la phase de débat et exposées ci-dessous, connaîtront ou non un début de réalisation, sauf pour quelques une d’entre elles comme nous le signalons dans certains cas.

- Pour un vrai réseau cyclable

  • Intégrer les grands axes au réseau cyclable structurant (les boulevards Carnot, Thiers, François Pompon, des Allobroges, Palissy, Gabriel,rues de Mirande, d’Auxonne,route d’Ahuy, ’avenue Victor Hugo, Dijon-Marsannay par la route des Grands Crus, boulevard De Lattre de Tassigny à Chenôve...)
  • des liaisons intercommunales cyclables
  • Les pôles d’équipements, et les zones d’activés (Valmy, Longvic...) doivent être accessibles à vélo.
  • La continuité du réseau secondaire ou structurant doit être, surtout pour ce dernier, un objectif prioritaire !.
Malheureusement, sur tous ces points, essentiels , le projet de PDU est muet. La continuité des cheminements piéton est à juste titre abordée (action 4), celle des itinéraires cyclables n’est pas présentée comme un objectif essentiel et n’est, sauf inattention de notre part, même pas citée !

- Pour un réseau attractif

  • zones d’activités excentrées ou pour les liaisons intercommunales en termes de « voies cyclables rapides » !
  • une réelle sécurité, !
  • Le jalonnement du réseau structurant comme du réseau secondaire
  • identité, homogénéité visuelle la signalisation
Un jalonnement encore embryonaire !
Sur tous ces points, essentiels, le projet de PDU est muet. Cela est particulièrement inquiétant pour ce qui concerne le jalonnement du réseau cyclable.

- Pour des services vélos

  • Tous les établissements destinés à recevoir du public doivent être équipés de parkings vélos adaptés
  • Les « pôles » de transports en commun doivent proposer une offre « hiérarchisée » de parking
  • des parking à vélos, mobiles et modulaires ppur les manifestations occasionnelles.
  • Le stationnement résidentiel veiller à ce que ces normes soient reprises à l’occasion de la révision des PLU. Dans le bâti ancien, il faudra inciter les propriétaires au respect des obligations.
Ces points sont abordés au travers des actions 20 et 31. Cependant, l’action 31 ne précise pas les caractéristiques des locaux à vélos (situation, accessibilité, dispositifs pour accrocher un vélo par son cadre...).
  • entretenir ou réparer son vélo : ateliers d’entretien-réparation (associations, coopératives...) boutiques spécialisées, vélostations, « points services légers » (gonflages, vente de chambres à air...) dans des commerces divers...
  • développer une offre de location de vélos utilitaires (transports d’enfants ou de marchandises...), ainsi que d’accessoires (sièges enfants, remorques...)
  • créer une « maison du vélo » utilement intégrée à une « maison des mobilités alternatives »...
Hormis l’évocation vague d’un soutien aux ateliers d’autoréparation (action 3) et l’installation de « vélostations », sur ces points le projet de PDU est muet.
La fête du vélo en 2007
Elle était organisée par le Grand Dijon !

- Pour une communication et des dispositions encourageant la pratique du vélo

  • une vraie fête du véloclairement au service de la promotion du vélo utilitaire ou de loisir.
  • Faire la pédagogie des nouvelles mesures dites du « code de la rue ».
  • Promouvoir le vélo en direction des enfants et des seniors
Sur ces points le projet de PDU est quasiment muet. L’action 17 n’aborde la mobilité des seniors que sous le seul aspect l’accessibilité des transports en commun. La mobilité des enfants n’est réellement abordée que sous l’aspect « pédibus ». Pourtant le développement des mobilités actives, toutes et pas seulement la marche, des seniors et des enfants a un impact très positif en matière de santé publique, qui est l’un des objectifs que la loi fixe au PDU.
  • inciter Les communes à mettre en œuvre les nouvelles mesures du code de la route en faveur des modes actifs
  • à développer et à faire vivre les plans de déplacements d’entreprises, d’administrations, d’établissements scolaires...
Seul ce dernier point est pris en compte par l’action 14.

- Pour une « gouvernance vélo » efficace

  • Recréer une vraie « mission vélo » au sein de l’agglomération.
  • Mettre en place une instance de concertation et de dialogue (communes, Région, Département, opérateurs de transport en commun, usagers...)
Ces derniers points ne sont pas évoqués par le projet de PDU.

L’intermodalité vélo et transports en commun

- Rabattement à vélo vers les transports en commun

  • Créer des itinéraires cyclables permettant de se rendre de façon sécurisée et sécurisante aux nœuds importants du réseau de transports en commun
  • Rendre le pôle d’échange multimodal (PEM) de la gare de Dijon parfaitement accessible à vélo par des itinéraires, sûrs et directs, et cela pour chacune de ses entrées..
  • Étendre l’actuelle zone 30 à tout le quartier entre le PEM et la place Darcy
Ces derniers points ne sont pas évoqués par le projet de PDU. Il est particulièrement surprenant que ce projet de PDU n’évoque pas la question des itinéraires vélos de rabattement vers les réseaux de transports en commun alors que l’action 20 évoque les « parcs de stationnement vélo de rabattement sur le TER et le réseau Divia » !

- Stationnement et services aux abords des stations et des gares

  • Évaluer le « potentiel vélo » de chaque station du tramway et des stations importantes du réseau de bus afin de définir le type et le nombre d’équipements nécessaires au stationnement des vélos (arceaux simples, arceaux abrités, consignes sécurisées individuelles ou collectives...)
  • Développer, une offre hiérarchisée de stationnement vélo aux abords du PEM et de la gare Porte-Neuve :
  • Revoir les conditions d’accès à l’actuelle vélostation.
  • Expérimenter l’installation de « vélobox » (du type « Métrovélo Box » à Grenoble)
  • des services vélo proches des nœuds importants des réseaux de transports en commun.
Ces derniers points sont pour l’essentiel abordés dans l’action 20.
Une « vélobox » à... Grenoble !

- La communication intermodale

  • Insérer une dimension vélo sur les supports d’informations des transports en commun et inversement
  • Développer les sites internet d’information multimodale.
  • les informations pratiques utiles aux cyclistes (services, itinéraires, contacts...) dans ou aux abords des gares et des stations de bus et de tramway.
  • un dossier complet sur l’intermodalité tramway-vélo (itinéraires, stationnements, services...).
A part la réalisation des cartes « temps d’accès à vélo ou à pieds », ces derniers points ne sont pas réellement abordés de façon précise dans ce projet.
Dans le tram à... Bordeaux !

- Accès du tramway aux voyageurs avec vélo

  • après une période d’observation du fonctionnement du réseau en préciser les modalités les plus adaptées.
Ce dernier point, déjà absent du dossier tramway soumis à l’enquête publique, le reste dans ce projet de PDU.

Télécharger le document complet
PDF - 383.3 ko
Contribution au projet de PDU - septembre 2011

P.-S.

Pour commenter cet article, retrouvez...


Contact | | Plan du site | Mentions légales | RSS 2.0 | Haut de page | SPIP 3.0 | Squelette scolaSPIP
Ensemble à Vélo dans l’Agglomération Dijonnaise (FUB)
Directeur de publication : le président d'EVAD